By Pascal Garnier

On ne saurait dire pourquoi l’univers de Pascal Garnier nous est si proche. Pourquoi il nous envoûte avec des histoires plutôt simples, des personnages a priori ordinaires et malmenés par l. a. vie, des mots familiers et des silences qui le sont encore plus.

Ainsi Bernard, crétin solaire qui pose sur le monde un doux regard écarquillé. C’est ce qui séduit Simon, le cynique et élégant Simon, « éradicateur de nuisibles » en préretraite, autant dire tueur à gages au bout du rouleau. los angeles rencontre a lieu à Vals-les-Bains. Et le hasard fait bien les choses : Simon a de l’argent, et Bernard, tout son temps. Il sera son chauffeur pour sa dernière mission…

Avec affection, on variety les romans de Pascal Garnier au panthéon de nos auteurs d’atmosphère. Entre Simenon et Hardellet. Entre tendresse et cynisme, réalisme et humour désenchanté. Dans remark va los angeles douleur ? on retrouve cette façon si singulière et si attachante qui comme un miracle réjouit le cœur et fait du bien à l’âme.

Figure marquante de los angeles littérature française contemporaine, Pascal Garnier avait élu home dans un petit village en Ardèche pour se consacrer à l’écriture et à l. a. peinture. Il nous a quittés en mars 2010. Peintre d’atmosphère alliant l. a. poésie d’Hardellet à los angeles approach de Simenon, styliste du détail juste, il excelle dans los angeles mise en scène des vies simples, celles du voisinage, des souvenirs d’enfant, des je me souviens qui tissent nos mémoires. Mais chez Pascal Garnier, ce beau calme des banlieues de l’âme et de l’époque prépare toujours d’effroyables orages, avec froissement de tôles et morts en série…

Show description

Read or Download Comment va la douleur? PDF

Similar French Literature books

Lanzarote

Realising that his New yr is likely to be a catastrophe, as ordinary, our narrator, on impulse, walks right into a shuttle company to booklet per week within the solar. delicate to his restricted potential and dislike of Muslim international locations, the commute agent indicates an island packed with twenty first century hedonism, set in a extraordinary lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in a good translation via John Sturrock—takes up the topic of gay love, female and male, and dwells on how damaging sexual jealousy might be in the event you undergo it. Proust’s novel can be an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's as a way to supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the yr of the area reasonable, while Paris, thronged via a sophisticated elite, was once an ideal objective for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, fashionable English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the possible real tale of a tender woman compelled by means of her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a unique mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it offers a scathing perception into the results of pressured vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Extra info for Comment va la douleur?

Show sample text content

Elle n’avait rien contre l. a. voiture mais préférait l. a. plage parce que c’était plus grand et que les choses autour d’elle restaient en position. Plus tard elle serait fonctionnaire, avec un bureau à elle et ses affaires bien rangées. Tous les jours seraient identiques. Ce rêve de stabilité lui procura une telle jouissance qu’elle healthy tout en même temps, pipi et caca, et se laissa mouler béatement dans cette gangue chaude et molle. Dieu existait mais il n’avait pas cette tête de Père Noël furax qu’on lui prête ordinairement. D’abord c’était une femme, noire. Elle portait un turban de madras, deux gros anneaux dans ses oreilles et souriait de toutes ses dents. Elle avait créé le rhum à son picture et, autour d’Anaïs, le petit peuple se réjouit de cette révélation en entamant une biguine endiablée. C’est presque sans attempt qu’elle retrouva l. a. verticale. Si c’était pas un miracle, ça ! Elle s’envoya une autre rasade histoire de se donner le braveness de faire ses premiers pas dans ce nouveau monde, reboucha soigneusement los angeles bouteille qu’elle posa sur l. a. paillasse de l’évier pour ne plus risquer de confondre Dieu avec un vulgaire produit d’entretien. Cette idée en entraînant une autre, elle constata en fronçant les sourcils à quel aspect son coin delicacies était crade ; vaisselle de quinze jours empilée en une périlleuse pyramide, cuisinière culottée comme une vieille pipe, lino collant sous los angeles semelle des mules… Se sentant une forme olympique, elle s’arma d’un tampon Jex, d’une serpillière et retroussa ses manches. Le tintamarre des casseroles entrechoquées tira Fanny de son sommeil. Elle se frotta les yeux, Anaïs n’était plus sur le divan. — Anaïs ? … Mais qu’est-ce que tu fais ? — Le ménage, tu vois bien. Ne rentre pas je suis en teach de laver par terre ! — Mais le docteur ? — Quoi, le docteur ? — Tu étais… — Ben maintenant, je suis, et en pleine bourre ! Pas grâce à ce petit con, grâce à Dieu. Je viens de le voir, comme je te vois. Eh oui, ma petite, y a pas qu’à Lourdes que ça arrive. Écoute, Fanny, je te remercie pour tout mais, comme tu vois, j’ai du discomfort sur los angeles planche. Il fait nuit, Georges aime pas rester seul le soir alors, fais-moi plaisir, va le rejoindre. — Tu es sûre ? … — Certaine, va, je te dis. Fanny s’éclipsa en hochant l. a. tête et Anaïs alluma l. a. radio. Coup de bol, Ferrat chantait los angeles montagne. los angeles delicacies à présent rutilante, loin de se sentir fatiguée, elle attaqua los angeles chambre puis le salon. L’aspirateur qui n’avait plus servi depuis des lustres semblait avoir retrouvé lui aussi un moment souffle. Elle dut changer trois fois le sac tant les moutons s’y entassaient. los angeles touche finale fut pour los angeles négresse lampadaire qu’elle astiqua au chiffon de laine dans les moindres recoins. — Ah, Négrita, Négrita chérie, tu mériterais qu’on se prosterne devant toi ! Il était deux heures du matin quand Anaïs se laissa choir sur le couch tout auréolée d’une saine fatigue. — J’ai faim ! Je boufferais un éléphant cru ! Anaïs dégota une boîte de pilchards et se mit à dévorer en sauçant avec un croûton de soreness rassis.

Rated 4.96 of 5 – based on 12 votes