By Maurice Blanchot

Le narrateur évoque des événements qui lui sont arrivés en 1938. 'J., Collette, Simone et Nathalie, les quatre jeunes femmes de cet étrange récit, furent en même temps messages et messagères, ou plutôt l'occasion, pour le narrateur, de découvrir qu'il était lui-même le messager malheureux d'une vérité à sa mesure, qu'il aimait cette vérité, qu'il n'aimait qu'elle.'.

Show description

Read Online or Download L'Arrêt de mort PDF

Similar French Literature books

Lanzarote

Realising that his New yr is likely to be a catastrophe, as ordinary, our narrator, on impulse, walks right into a trip company to e-book per week within the solar. delicate to his restricted potential and dislike of Muslim international locations, the commute agent indicates an island filled with twenty first century hedonism, set in a weird and wonderful lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in an excellent translation via John Sturrock—takes up the topic of gay love, female and male, and dwells on how damaging sexual jealousy may be when you endure it. Proust’s novel can be an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's as a way to supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the 12 months of the realm reasonable, whilst Paris, thronged via a sophisticated elite, was once an ideal objective for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, fashionable English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the probably actual tale of a tender woman pressured via her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a singular mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it supplies a scathing perception into the consequences of compelled vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Additional resources for L'Arrêt de mort

Show sample text content

Cette effect fut-elle sans lendemain ? Il me semble qu'elle déchira ma vie, qu'à partir de cet speedy, je n'eus presque plus rien à apprendre, et cependant, si je regarde ce que je faisais et remark je vivais, rien encore n'était changé ; avec elle, je n'étais ni meilleur ni pire et elle supportait toujours également bien ma présence et mon absence. Il faut toutefois se rappeler les événements. Ils devenaient toujours plus graves : penser et vivre n'allaient plus de pair. Mais, si à cette époque je fis un effort – et qui échoua – pour entrer d'une manière plus réelle dans le conflit, je ne jurerais pas que l'anxiété publique y fût étrangère, mais il est bien plus vrai que je cherchais dans los angeles folie du sang et des armes l'espoir d'échapper à l'inévitable. Au second du bombardement de Paris, comme nous nous trouvions dans los angeles rue, il fallut s'abriter dans le métro. Ces cérémonies alors manquaient de sérieux. Et N. trouvait agréable n'importe quelle raison de faire défaut à son travail. Nous étions donc l'un et l'autre sur les marches au milieu d'une énorme foule, cette foule pressante et pesante qui est tantôt d'une immobilité de terre, tantôt s'écroule comme un torrent. Depuis quelque temps, je lui parlais dans sa langue maternelle, que je trouvais d'autant plus émouvante que j'en connaissais moins les mots. Pour elle, elle ne los angeles parlait pour ainsi dire jamais, du moins avec moi, et cependant, si je commençais à ânonner, à lier ensemble des termes maladroits, à former des locutions impossibles, elle les écoutait avec une sorte de gaieté, de jeunesse, et à son travel elle me répondait en français, mais un français différent du sien, plus enfantin et plus bavard, comme si sa parole fût devenue irresponsable, à l. a. suite de los angeles mienne, employant une langue inconnue. Et il est vrai que, moi aussi, je me sentais irresponsable dans cet autre langage, si ignoré de moi ; et ce que je n'aurais jamais dit, ni pensé, ni même tu à partir de mots véritables, ce balbutiement, irréel, d'expressions à peu près inventées, et dont le sens se jouait à mille lieues de ma tête, me l'extorquait, m'invitait à le faire entendre, me donnait, à l'exprimer, une petite ivresse qui n'avait plus moral sense de ses limites et allait hardiment au-delà de ce qu'il fallait. Je lui faisais donc dans ce langage les plus aimables déclarations, habitude qui m'est bien étrangère. Je lui offris au moins deux fois de l'épouser, ce qui prouve le caractère fictif de mes propos, étant donné mon éloignement pour cet état (et mon peu d'estime), mais je l'épousais dans sa langue, et cette langue, non seulement je l'employais à los angeles légère, mais surtout, l'inventant plus ou moins, j'exprimais par elle, avec l'ingénuité et l. a. vérité d'une demi-conscience, des sentiments inconnus qui surgissaient effrontément sous cette forme et me trompaient moi-même, comme ils auraient pu los angeles tromper. Ils ne l. a. trompaient guère, cela est sûr. Et peut-être ma légèreté, tout en los angeles rendant un peu légère elle aussi, éveillait-elle surtout des pensées désobligeantes, sans parler d'une autre pensée sur laquelle je ne puis rien dire.

Rated 4.56 of 5 – based on 39 votes