Ce livre est parfaitement mis en web page pour une lecture sur Kindle,

La Confession de Claude avec une biographie d'Emile Zola

Descriptif : « Cette histoire est nue et vraie jusqu’à l. a. crudité. Les délicats se révolteront. Je n’ai pas pensé devoir retrancher une ligne, convinced que ces pages sont l’expression complète d’un cœur dans lequel il y a plus de lumière que d’ombre. Elles ont été écrites par un enfant nerveux et aimant qui s’est donné entier, avec les frissons de sa chair et les élans de son âme Elles sont los angeles manifestation maladive d’un tempérament particulier qui a l’âpre besoin du réel et les espérances menteuses et douces du rêve. Tout le livre est là, dans los angeles lutte entre le songe et l. a. réalité ». C’est en ces termes que le jeune Émile Zola, inconnu du grand public, présente son preferable roman, l. a. Confession de Claude, en 1865. Longuement méditée, loin des idées reçues sur le naturalisme, cette œuvre singulière et fiévreuse incite à découvrir un autre Zola, que le succès des Rougon-Macquart ne doit pas occulter.

Extrait : J’ai hésité longtemps avant de donner au public les pages qui suivent. Je doutais du droit que je pouvais avoir de montrer un corps et un cœur dans leur nudité ; je m’interrogeais, me demandant s’il m’était permis de divulguer le mystery d’une confession. Puis, lorsque je relisais ces lettres haletantes et fiévreuses, vides de faits, se liant à peine les unes aux autres, je me décourageais, je me disais que les lecteurs accueilleraient sans doute castle mal une pareille booklet, toute diffuse, toute folle et emportée. los angeles douleur n’a qu’un cri ; l’œuvre est une plainte sans cesse répétée. J’hésitais comme homme et comme écrivain.

Show description

Read or Download La Confession de Claude (French Edition) PDF

Similar Literary Classics books

Dubliners

A definitive version of possibly the best brief tale assortment within the English languageJames Joyce’s Dubliners is a bright and unflinching portrait of “dear soiled Dublin” on the flip of the 20th century. those fifteen tales, together with such unforgettable ones as “Araby,” “Grace,” and “The Dead,” delve into the guts of the town of Joyce’s delivery, taking pictures the cadences of Dubliners’ speech and portraying with a virtually brute realism their outer and internal lives.

The Log from the Sea of Cortez (Penguin Classics)

Within the years after the 1939 ebook of Steinbeck’s masterful The Grapes of Wrath, Steinbeck and his novel more and more grew to become the heart of extreme controversy and censorship. looking for a respite from the nationwide level, Steinbeck and his shut good friend, biologist Ed Ricketts, launched into a month lengthy marine specimen-collecting excursion within the Gulf of California, which led to their collaboration at the Sea of Cortez.

The Pickwick Papers (Penguin Classics)

'One of my life's maximum tragedies is to have already learn Pickwick Papers - i will not return and browse it for the 1st time' Fernando PessoaFew first novels have created as a lot well known pleasure because the Pickwick Papers - a comic book masterpiece that catapulted its twenty-four-year-old writer to rapid repute.

The Conquest of New Spain (Penguin Classics)

Bright, robust and soaking up, it is a first-person account of 1 of the main startling army episodes in background: the overthrow of Montezuma's doomed Aztec Empire through the ruthless Hernan Cortes and his band of adventurers. Bernal Díaz del Castillo, himself a soldier below Cortes, provides a fascinatingly distinct description of the Spanish touchdown in Mexico in 1520 and their amazement on the urban, the exploitation of the natives for gold and different treasures, the expulsion and flight of the Spaniards, their regrouping and eventual trap of the Aztec capital.

Additional resources for La Confession de Claude (French Edition)

Show sample text content

Parlez à son cœur, il vous répondra. Laurence m’a dit être lingère2. J’ai désiré qu’elle restât auprès de moi, loin des ateliers ; il m’a semblé que ces heures paisibles passées ensemble, moi me contant quelque histoire, elle mêlant son rêve au fil de l. a. broderie, nous uniraient d’une amitié plus douce et plus profonde. Elle a settle foré cette idée de travail, comme elle accepte chacun de mes désirs, avec une obéissance passive, singulier mélange d’indifférence et de résignation. Après quelques recherches, j’ai découvert une vieille dame qui a bien voulu lui confier un peu d’ouvrage pour juger de son habileté. Elle a veillé jusqu’à minuit, vehicle je devais reporter cet ouvrage le lendemain matin. Je me suis sofaé avant elle, et je l’ai regardée. Elle paraissait dormir ; son morne accablement ne l’avait pas quittée. L’aiguille, courant froide et régulière, me disait que le corps seul travaillait. los angeles vieille dame a trouvé l. a. mousseline3 mal brodée ; elle m’a déclaré que c’était là le travail d’une mauvaise ouvrière, et que je ne trouverais personne qui se contentât de ces grands issues et de ce peu de grâce. J’avais craint ce qui arrivait : los angeles pauvre fille, ayant european des bijoux à quinze ans, ne pouvait en savoir lengthy. Heureusement, quant à moi, je cherchais dans son travail l. a. lente guérison de son cœur, et non l’habileté de ses doigts, ni le achieve de ses veilles. Pour ne pas los angeles rendre à l’oisiveté en lui imposant moi-même une tâche, j’ai résolu de lui cacher le refus décourageant de l. a. vieille dame. J’ai acheté une bande de broderie, et je suis rentré, lui disant que son ouvrage était settle foré et qu’on lui en confiait d’autre. Puis je lui ai remis les quelques sous qui me restaient, comme salaire de sa première veille. Je savais que le lendemain peut-être je ne pourrais agir ainsi, et je le regrettais. J’aurais désiré lui faire aimer los angeles saveur du ache gagné honnêtement. Laurence a pris l’argent, sans s’inquiéter du repas du soir. Elle a couru faire emplette d’une rangée de boutons en velours pour sa gown bleue, qui se déchire et se tache déjà. Jamais je ne l’avais vue aussi active ; un quart d’heure lui a suffi pour coudre ces boutons. Elle a fait grande toilette, puis s’est admirée. l. a. nuit est venue, et elle allait et venait encore par l. a. chambre, regardant sa nouvelle parure. Comme j’allumais l. a. lampe, je lui ai dit doucement de se mettre au travail. Elle a semblé ne pas m’entendre. Je lui ai répété mes paroles, et alors elle s’est assise brusquement, saisissant los angeles broderie avec colère. Mon cœur s’est brisé. — Laurence, lui ai-je dit, je ne veux pas que tu travailles par contrainte. Laisse là l’aiguille, s’il te plaît de ne rien faire. Je ne me sens pas le droit de t’imposer une tâche : tu es libre d’être bonne ou mauvaise. — Non, non, m’a-t-elle répondu, tu désires que je travaille beaucoup. Je comprends qu’il me faut te payer ma nourriture et ma half de loyer. Je pourrai même payer pour toi, en veillant plus tard. — Laurence ! ai-je crié douloureusement. Va, pauvre fille, sois heureuse : tu ne toucheras plus une aiguille.

Rated 4.16 of 5 – based on 20 votes