By Katherine Pancol

Ce livre est une bourrasque de vie... Un baiser brulant du seul qu on ne doit pas embrasser Deux bras qui enlacent ou qui tuent Un homme inquietant, mais si charmant Une femme qui tremble et espere ardemment... Un homme qui ment si savamment Une femme qui croit mener los angeles danse, mais passe son journey Des kids plus avertis que les grands... Un homme qui joue les revenants Un pere, la-haut dans les etoiles qui murmure a l oreille de sa fille... Un chien si laid qu on s ecarte sur son passage Des personnages qui avancent obstinement... comme des petites tortues entetees qui apprendraient a danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent..."

Show description

Read Online or Download La Valse Lente Des Tortues (Le Livre de Poche) (French Edition) PDF

Best French Literature books

Lanzarote

Realising that his New yr is likely to be a catastrophe, as ordinary, our narrator, on impulse, walks right into a commute company to e-book every week within the sunlight. delicate to his constrained capacity and dislike of Muslim nations, the commute agent indicates an island choked with twenty first century hedonism, set in a extraordinary lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in an outstanding translation via John Sturrock—takes up the subject matter of gay love, female and male, and dwells on how damaging sexual jealousy may be if you happen to undergo it. Proust’s novel is usually an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's for you to supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the yr of the area reasonable, whilst Paris, thronged by way of a sophisticated elite, used to be an ideal aim for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, trendy English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the doubtless actual tale of a tender lady compelled by way of her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a singular mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it provides a scathing perception into the results of pressured vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Extra info for La Valse Lente Des Tortues (Le Livre de Poche) (French Edition)

Show sample text content

Il faut qu’on parle. On ne peut pas rester sur ce malentendu. — Luca… — Je suis désolé pour l’autre fois. J’ai dû vous blesser, mais je ne voulais pas vous faire du mal ni me moquer. Elle secouait los angeles tête, essuyait l. a. sueur qui coulait sur son entrance, écartait ses cheveux collés sur son visage. — Vous permettez que je vous offre un café ? Elle rougit et refusa son bras. — C’est que je suis toute collante, j’ai couru et… Joséphine n’en revenait pas : Luca, l’homme le plus indifférent du monde, lui courait après ! Elle sentit ses genoux flageoler. Elle n’était pas habituée à susciter des passions. Ne savait pas remark se comporter. D’un côté, elle lui était reconnaissante. Elle se sentait importante, séduisante. D’un autre côté, elle le regardait et se disait qu’il était beau comme un bout de bois mort. Ils se dirigèrent vers l. a. buvette près du lac. Luca commanda deux cafés et les posa devant elle. Elle serra les genoux, ramena les pieds sous sa chaise et se prépara. — Vous allez bien, Joséphine ? — Oui, ça va… Elle n’était pas très douée pour tenir les hommes à distance. Elle n’en avait pas l’habitude. Elle préférait le laisser parler. — Joséphine, j’ai été injuste envers vous… Elle healthy un geste de l. a. major pour l’excuser. — Je me suis mal conduit. Elle le regarda en pensant que beaucoup de gens se conduisaient mal avec ceux qui les aimaient. Il n’était pas le seul. — Je voudrais qu’on oublie tout ça… Il leva vers elle un regard sincère. — C’est que…, bafouilla-t-elle. Elle ne savait pas quoi dire. C’est que c’est trop tard, c’est que c’est fini, c’est que depuis il y en a ecu un autre qui… — Je ne suis pas très habituée aux choses de l’amour. Je suis un peu cruche… Elle ajouta, à voix basse : — Vous le savez bien, d’ailleurs… — Vous me manquez, Joséphine. Je m’étais habitué à vous, à votre présence, à votre awareness délicate, généreuse… — Oh ! s’exclama-t-elle, shock. Pourquoi ne lui avait-il pas dit ces mots, avant ? Quand il était encore temps. Quand elle désespérait de les entendre. Elle le regarda, désemparée. Il lut los angeles désolation dans son regard. — Vous n’éprouvez plus rien pour moi ? C’est ça ? — C’est que j’ai tellement attendu un signe de vous que… je crois que je me suis… — Que vous vous êtes lassée ? — Oui, en quelque sorte… — Ne dites pas que c’est trop tard ! déclara-t-il, enjoué. Je suis prêt à tout… pour que vous me pardonniez ! Joséphine était à l. a. torture. Elle essaya d’attraper un bout d’amour, un fil qu’elle pourrait tirer, pincer, froncer, ourler, broder pour en faire un gros pompon. Elle plongea dans le regard de Luca, plongea les yeux grands ouverts, chercha, chercha. Ça ne pouvait pas s’évanouir comme ça ! Elle guetta un bout de fil dans ses yeux, sur sa bouche, dans l’échancrure de sa manche, j’aimais m’y blottir quand on dormait ensemble, j’apercevais son bras qui me retenait, j’étais émue, je fermais les yeux pour retenir cette photo. Elle chercha, chercha, mais ne trouva pas le début d’un fil. Elle remonta à l. a. floor, bredouille. — Vous avez raison, Joséphine.

Rated 4.82 of 5 – based on 7 votes