By Georges Simenon

L'homme, d'apparence misérable, s'était tué dans une chambre d'hôtel de Brême, et Maigret, qui le suivait, avait l'impression d'avoir précipité ce suicide. Tout était irréel dans cette affaire. Que signifiaient ces liasses de billets inutilisés, ce paquet de vieux vêtements sanglants, ces innombrables croquis de pendus ? Que s'était-il passé à Liège, un 15 février, dix ans plus tôt ? Dans l'entourage du mort, le commissaire enquêtait un peu comme un somnambule. Allait-il découvrir des anarchistes, des fake monnayeurs, un gang overseas, ou, tout simplement, une bande de gamins ?

Show description

Read Online or Download Le pendu de Saint-Pholien (Inspector Maigret, Book 4) PDF

Best France books

The Perfect Meal: In Search of the Lost Tastes of France

IACP Cookbook Award Winner (Culinary Travel)John Baxter's definitely the right Meal is a component grand journey of France, half heritage of French food, taking readers on a trip to find and enjoy a number of the world's nice cultural achievements sooner than they disappear thoroughly. one of the most respected and intricate parts of French food are at risk of disappearing as previous methods of agriculture, butchering, and cooking fade and are forgotten.

A Case of Curiosities

Tells of the weird adventures of an 18th-century watchmaker and mechanical wizard - Claude web page. Maimed by means of surgical procedure on the age of 12, his guide dexterity destines him to develop into one in all Europe's such a lot talented inventors while he acquires the abilities of the enamelist and watchmaker.

When Paris Went Dark: The City of Light Under German Occupation, 1940-1944

The spellbinding and revealing chronicle of Nazi-occupied Paris On June 14, 1940, German tanks entered a silent and approximately abandoned Paris. 8 days later, France permitted a humiliating defeat and overseas career. as a result, an eerie experience of normalcy settled over town of sunshine. Many Parisians keenly tailored themselves to the situation-even allied themselves with their Nazi overlords.

The Patagonian Hare: A Memoir

"Even if I lived 100 lives, I nonetheless would not be exhausted. " those phrases trap the depth of the reviews of Claude Lanzmann, a guy whose acts have constantly been a negation of resignation: a member of the French Resistance at 16, a pal to Jean-Paul Sartre and a lover to Simone de Beauvoir, and the director of flicks together with essentially the most vital movies within the background of cinema, Shoah.

Additional resources for Le pendu de Saint-Pholien (Inspector Maigret, Book 4)

Show sample text content

Et Klein, qui était le plus ivre, yeux cernés, chair livide de répondre : » — Oui ! … » On se sentait à l’extrême bord d’un gouffre. On avait peur d’avancer encore. On jonglait avec le threat ou plaisantait avec cette mort qu’on avait évoquée et qui avait l’air, maintenant, de rôder parmi nous… » Quelqu’un – je crois que c’est Van Damme – qui avait été enfant de chœur, chanta le Libera nos, que le prêtre entonne devant les catafalques… On reprit en chœur… On se gorgea de sinistre… » Mais on ne tua personne, cette nuit-là ! A quatre heures du matin, je rentrais chez moi en sautant le mur. A huit heures, je buvais le café au milieu de ma famille… Ce n’était plus qu’un keepsake, vous comprenez ? … Comme le memento d’une pièce de théâtre à laquelle on a frémi… » Klein, lui, restait ici, rue du Pot-au-Noir… Il gardait toutes ces idées dans sa tête trop grosse de souffreteux… Elles le rongeaient… Les jours suivants, il trahissait ses préoccupations par des questions soudaines. » — Crois-tu vraiment que ce soit difficile de tuer ? … » On ne voulait pas reculer… On n’était plus ivre… On disait sans conviction : » — Bien sûr que non ! … » Peut-être même tirait-on une joie âcre de cette fièvre du gamin ? … Saisissez bien ! On ne voulait pas déchaîner un drame ! … On explorait le terrain jusqu’à l’extrême limite… » Quand il y a un incendie, les spectateurs, malgré eux, souhaitent qu’il dure, que ce soit « un bel incendie »… Quand les eaux montent, le lecteur des journaux espère « de belles inondations », dont on parlera encore vingt ans plus tard… » Quelque selected d’intéressant ! N’importe quoi ! » los angeles nuit de Noël est arrivée… Chacun apporta des bouteilles. On yet, on chanta… Et Klein, à moitié ivre, prenait tantôt l’un, tantôt l’autre à half : » — Crois-tu que je sois able de tuer ? … » On ne s’inquiéta pas. A minuit, personne n’était sain. On parlait d’aller chercher de nouvelles bouteilles. » C’est alors que Willy Mortier est arrivé, en smoking, avec un huge plastron blanc qui semblait condenser toute los angeles lumière. Il était rose, parfumé. Il annonça qu’il sortait d’une grande réception mondaine. » — Va chercher à boire ! … lui cria Klein. » — Tu es ivre, mon ami ! Je suis juste venu vous serrer l. a. major… » — Pardon ! Nous regarder ! » On ne pouvait pas encore se douter de ce qui allait se passer. Et pourtant Klein avait un visage plus effrayant que lors de ses ivresses précédentes. Il était tout petit, tout étroit à côté de l’autre. Il avait les cheveux en désordre, le entrance ruisselant de sueur, los angeles cravate arrachée. » — Tu es soûl comme un cochon, Klein ! » — Eh bien ! le cochon te dit d’aller chercher à boire… » Je crois qu’à ce second Willy a ecu peur. Il a senti confusément qu’on ne riait pas. Il a quand même crâné… » Il avait des cheveux noirs, parfumés… » — On ne peut pas dire que vous soyez gais, ici ! a-t-il laissé tomber. C’était encore plus drôle chez les bourgeois d’où je viens… » — Va chercher à boire… » Et Klein tournait autour de lui avec des yeux de fièvre.

Rated 4.58 of 5 – based on 41 votes