By Alain Vircondelet

« À l. a. lueur tremblée des derniers flambeaux, ils se retrouvèrent sans parler. Ce fut le meilleur fast, d’une grâce reconquise, arrachée au galop de l. a. vie, qui se passait de mots, s’exprimait dans le frôlement des gestes. Anna semblait croire qu’il suffisait de jouer l’épisode de l’évasion des Piombi pour barrer los angeles direction à los angeles mort. Casanova lui dit qu’il n’en était rien, qu’elle faisait l. a. petite fille mais que tôt ou tard il reprendrait l. a. course comme autrefois. Il ignorait encore l’heure du départ et l. a. nature de l’attelage, il ne savait pas dans quel état il serait pour partir, mais sûrement très vite il se rendrait à l’évidence du voyage et il redeviendrait ce qu’au fond de lui-même il n’avait jamais cessé d’être : los angeles hâte, los angeles vivacité. Le vent. »

1798. Casanova se meurt au château de Dux, en Bohême. L’heure des comptes peut-elle encore être celle de l’amour ? Entre los angeles servante Anna et le vieux libertin, c’est los angeles dernière scène de los angeles commedia qui se joue, l’ultime partie de dés du voyageur éphémère.

Show description

Read or Download Les Derniers jours de Casanova PDF

Similar Fiction books

Selected Short Stories (Penguin Classics)

Poet, novelist, painter and musician, Rabindranath Tagore (1861-1941) is the grand grasp of Bengali tradition. Written throughout the Nineties, the tales during this choice brilliantly recreate shiny photographs of Bengali lifestyles and landscapes of their depiction of peasantry and gentry, casteism, corrupt officialdom and dehumanizing poverty.

Crocodile Tears (Alex Rider, Book 8)

A charity dealer con artist has raised thousands of greenbacks in donations, merely to take a position them in a kind of genetically changed corn that has the ability to liberate an airborne pressure of virus so robust it will possibly knock out a whole state in a single windy day. A disaster so far-reaching that it can bring up hundreds of thousands of greenbacks extra in charitable donations, all of which might be embezzled through one guy.

The Underdogs: A Novel of the Mexican Revolution (Penguin Classics)

The best novel of the Mexican Revolution, in an excellent new translation by way of an award-winning translatorThe Underdogs is the 1st nice novel in regards to the first nice revolution of the 20 th century. Demetrio Macias, a terrible, illiterate Indian, needs to sign up for the rebels to save lots of his family members. brave and charismatic, he earns a generalship in Pancho Villa?

All That is Solid Melts into Air

Russia, 1986. On a run-down condominium block in Moscow, a nine-year-old prodigy performs his piano silently for worry of annoying the buddies. In a manufacturing facility at the outskirts of the town, his aunt makes motor vehicle components, hiding her dissident prior. In a close-by medical institution, a health professional immerses himself in his paintings, fending off his failed marriage.

Additional resources for Les Derniers jours de Casanova

Show sample text content

Peu importait l’histoire passée, les petites galanteries auxquelles il s’était livré sur elle quand elle n’avait que dix-neuf ans et cette grâce légère qu’il ne lui retrouvait plus maintenant tout à fait. Elle avait acquis une gravité, une lourdeur que son caractère rustique rendait réconfortantes. Tout était oublié de ce temps-là, jamais ils n’y faisaient allusion, peut-être à reason de l’enfant mort, mais surtout pour ne pas changer l. a. nature de ce qui les reliait en ces moments précis, et qui était de los angeles natural humanité, un attachement irrésistible entre l’ancien fuyard impénitent et los angeles petite soubrette qui, sans l’avoir appris, connaissait le style des hommes abandonnés à leur exil. — Qui sommes-nous, Anna, sinon ces êtres fragiles qui nous en allons vers le rien ? Qu’ai-je été moi-même au juste que cet errant qui aimait aller seul, n’avait treatment que de lui et ne voulait retenir de l’existence que son souffle fluide et en fait inconsistant ? Mes Mémoires, tenez, je les ai voulus étrangers à tout événement politique, social. Ils me paraissaient indignes d’intérêt, j’ai toujours préféré me glisser d’une manière ou d’une autre dans le récit. L’histoire de ma vie était comme un vaste miroir qui me reflétait et dont j’étais le chef d’orchestre, le régisseur. À croire qu’en ce jeu subtil des apparences, Anna, j’interprétais un rôle qui m’éloignait toujours plus des autres hommes. Jusqu’à ce château trop grand dont je suis los angeles proie, qui me donne l. a. mesure de ma petitesse, qui est l’ultime vanité de mon rôle… — Vous n’éprouvez donc rien, monsieur Casanova ? Rien que ce désastre solitaire ? — C’est cela, Anna, le vertige du vide. Il n’y aurait donc european que cela, pensait-il, ce manège incessant d’entrevues et de mouvements divers ? — Souriez encore, monsieur Casanova, de ce sourire qui n’appartient qu’à vous. — Comment le pourrais-je, Anna ? Je suis édenté, ce serait un sourire de monstre. — Cela ne fait rien, souriez quand même. Cela me rappelle les jours d’autrefois, votre sourire si vif, si facétieux. Alors pour lui faire plaisir, il souriait, ébauchait avec une dernière coquetterie un sourire suffisamment discret pour qu’elle ne vît pas ses gencives rose et enflées. Il passait légèrement ses doigts devant sa bouche pour masquer l’absence de dents et le sourire glissait de ses lèvres à ses yeux, toujours brûlants et noirs. Il était bien relaxationé le comédien d’autrefois. En vérité, même aux moments les plus difficiles, il n’avait jamais perdu le sourire de sa jeunesse, son bien le plus précieux, l’agent de ses bonnes fortunes, à los angeles fois cynique et tendre, joyeux et truculent, et qui se moquait de lui-même. Indifférent à l. a. douleur de l’autre, dégagé de toute compassion, il n’avait voulu saisir que les aubaines, � au passage, disait-il, disponible en toute occasion ». Et ces occasions le faisaient sourire, sans culpabilité. � Sourire comme un ange », aimait-il à redire… Son esprit, jamais, ne se reposait. Ni los angeles maladie ni les douleurs qui criaillaient dans son ventre ne le laissaient inerte, il prétendait qu’il mourrait comme il avait toujours été, � en marchant ».

Rated 4.55 of 5 – based on 40 votes