Read Online or Download L'Exil et le Royaume PDF

Best French Literature books

Lanzarote

Realising that his New 12 months is likely to be a catastrophe, as traditional, our narrator, on impulse, walks right into a commute organization to e-book per week within the sunlight. delicate to his constrained skill and dislike of Muslim nations, the go back and forth agent indicates an island choked with twenty first century hedonism, set in a extraordinary lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in a very good translation via John Sturrock—takes up the topic of gay love, female and male, and dwells on how damaging sexual jealousy could be if you endure it. Proust’s novel is additionally an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's in order to supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the yr of the realm reasonable, whilst Paris, thronged by way of a worldly elite, used to be an ideal objective for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, trendy English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the doubtless precise tale of a tender lady compelled by means of her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a unique mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it provides a scathing perception into the consequences of pressured vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Extra info for L'Exil et le Royaume

Show sample text content

Elle examinait seulement Jonas avec une expression inquiète et triste ; il vit soudain à quel aspect elle avait vieilli, et que los angeles fatigue de leur vie avait mordu profondément sur elle aussi. Il pensa alors qu'il ne l'avait jamais vraiment aidée. Mais avant qu'il pût parler, elle lui sourit, avec une tendresse qui serra le cœur de Jonas. � Comme tu voudras, mon chéri », dit-elle. Désormais, il passa ses nuits dans los angeles soupente dont il ne redescendait presque plus. Du coup, los angeles maison se vida de ses visiteurs puisqu'on ne pouvait plus voir Jonas ni dans los angeles journée ni le soir. A certains, on disait qu'il était à l. a. campagne, à d'autres, quand on était las de mentir, qu'il avait trouvé un atelier. Seul, Rateau venait fidèlement. Il grimpait sur l'escabeau, sa bonne grosse tête dépassait le niveau du plancher : � Ça va ? disait-il. – Le mieux du monde. – Tu travailles ? – C'est tout comme. – Mais tu n'as pas de toile ! – Je travaille quand même. » Il était difficile de prolonger ce discussion de l'escabeau et de l. a. soupente. Rateau hochait los angeles tête, redescendait, aidait Louise en réparant les plombs ou une serrure, puis, sans monter sur l'escabeau, venait dire au revoir à Jonas qui répondait dans l'ombre : � Salut, vieux frère. » Un soir, Jonas ajouta un merci à son salut. � Pourquoi merci ? – Parce que tu m'aimes. – Grande nouvelle ! » dit Rateau et il partit. Un autre soir, Jonas appela Rateau qui accourut. los angeles lampe était allumée pour los angeles première fois. Jonas se penchait, avec une expression anxieuse, hors de los angeles soupente. � Passe-moi une toile, dit-il. – Mais qu'est-ce que tu as ? Tu as maigri, tu as l'air d'un fantôme. – J'ai à peine mangé depuis plusieurs jours. Ce n'est rien, il faut que je travaille. – Mange d'abord. – Non, je n'ai pas faim. » Rateau apporta une toile. Au second de disparaître dans los angeles soupente, Jonas lui demanda : � Comment sont-ils ? – Qui ? – Louise et les enfants. – Ils vont bien. Ils iraient mieux si tu étais avec eux. – Je ne les quitte pas. Dis-leur surtout que je ne les quitte pas. » Et il disparut. Rateau vint dire son inquiétude à Louise. Celle-ci avoua qu'elle se tourmentait elle-même depuis plusieurs jours. � Comment faire ? Ah ! si je pouvais travailler à sa place ! » Elle faisait face à Rateau, malheureuse. � Je ne peux vivre sans lui », dit-elle. Elle avait de nouveau son visage de jeune fille qui surprit Rateau. Il s'aperçut alors qu'elle avait rougi. l. a. lampe resta allumée toute los angeles nuit et toute los angeles matinée du lendemain. A ceux qui venaient, Rateau ou Louise, Jonas répondait seulement : � Laisse, je travaille. » A midi, il demanda du pétrole. l. a. lampe, qui charbonnait, brilla de nouveau d'un vif éclat jusqu'au soir. Rateau resta pour dîner avec Louise et les enfants. A minuit, il salua Jonas. Devant los angeles soupente toujours éclairée, il attendit un second, puis partit sans rien dire. Au matin du deuxième jour, quand Louise se leva, los angeles lampe était encore allumée. Une belle journée commençait, mais Jonas ne s'en apercevait pas. Il avait retourné l. a. toile contre le mur. Épuisé, il attendait, assis, les mains offertes sur ses genoux.

Rated 4.62 of 5 – based on 38 votes