By Simone de Beauvoir

'Si l'on nous offrait l'immortalité sur los angeles terre, qui est-ce qui accepterait ce triste présent ? demande Jean-Jacques Rousseau dans l'Émile. Ce livre est l'histoire d'un homme qui a accepté.'

Show description

Read or Download Tous les hommes sont mortels PDF

Best French Literature books

Lanzarote

Realising that his New 12 months is likely to be a catastrophe, as ordinary, our narrator, on impulse, walks right into a go back and forth organization to e-book every week within the sunlight. delicate to his constrained potential and dislike of Muslim nations, the shuttle agent indicates an island choked with twenty first century hedonism, set in a weird and wonderful lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in a good translation through John Sturrock—takes up the topic of gay love, female and male, and dwells on how harmful sexual jealousy could be should you endure it. Proust’s novel can also be an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's which will supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the 12 months of the realm reasonable, whilst Paris, thronged by means of a worldly elite, used to be an ideal objective for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, fashionable English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the doubtless real tale of a tender lady pressured by means of her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a singular mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it offers a scathing perception into the consequences of pressured vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Additional resources for Tous les hommes sont mortels

Show sample text content

Dis-je. Il rit avec malice : – Ils veulent nous changer en pierre : nous ne nous laisserons pas changer en pierre ! – Brusquement sa grande voix de prophète éclata dans los angeles nuit. – Nous détruirons, nous dévasterons, nous vivrons ! Ce fut à peu de temps de là que les anabaptistes se répandirent à travers les villes d'Allemagne, brûlant les églises, les maisons des bourgeois, les couvents, les livres, les meubles, les tombeaux, incendiant les récoltes, violant les femmes, et se livrant à de sanglantes orgies ; ils massacraient tous ceux qui tentaient de s'opposer à leur furie. J'appris que le prophète Enoch était devenu le maître de Münster et de temps en temps me parvenaient les échos des horribles bacchanales qui se déroulaient sous sa loi. Lorsque l'évêque lui eut enfin repris l. a. ville, le prophète fut enfermé dans une cage de fer que l'on suspendit à une des excursions de los angeles cathédrale. Je renonçai à m'interroger sur cet extravagant destin. Mais je pensais avec inquiétude : on peut vaincre l. a. famine, on peut vaincre l. a. peste ; peut-on vaincre les hommes ? Je savais que les luthériens regardaient eux aussi avec horreur les désordres provoqués par les anabaptistes ; je voulus essayer d'exploiter ce sentiment ; je demandai à parler à deux moines augustins que le tribunal ecclésiastique de Bruxelles venait de condamner au bûcher. – Pourquoi refusez-vous de signer ce papier ? leur dis-je en leur montrant l'acte de rétractation. Ils sourirent sans répondre ; c'étaient des hommes entre deux âges, aux characteristics épais. – Je sais, dis-je. Vous méprisez los angeles mort ; vous êtes avides de gagner le Ciel ; vous ne songez qu'à votre propre salut : croyez-vous que Dieu approuve cet égoïsme ? Ils me regardèrent avec un peu d'étonnement ; ce n'était pas là le langage que tenaient d'ordinaire les inquisiteurs. – Vous avez entendu parler des horreurs que los angeles secte des anabaptistes a perpétrées à Münster et dans toute l'Allemagne ? dis-je. – Oui. – Eh bien ! c'est vous qui êtes responsables de ces désordres comme vous l'avez été de los angeles grande révolte d'il y a dix ans ! – Vous savez que ce que vous dites là est pretend, dit un des moines. Luther a désavoué ces misérables. – Il ne les a désavoués avec tant de violence que parce qu'il se sentait coupable. Réfléchissez, dis-je, vous réclamez le droit de chercher l. a. vérité dans vos cœurs et de los angeles prêcher à voix haute ; qui empêchera les fous, les fanatiques de crier eux aussi leur vérité ? Voyez combien de sectes sont nées, combien de ravages elles ont faits. – Elles prêchent l'erreur, dit le moine. – Et remark le prouver si vous refusez toute autorité ? J'ajoutai d'une voix pressante : – Il se peut que l'Eglise ait souvent failli à sa tâche. J'admets même qu'elle enseigne parfois l'erreur et je ne vous défends pas de los angeles condamner dans le mystery de vos cœurs. Mais pourquoi l'attaquer à voix haute ? Ils m'écoutaient, le visage incliné vers los angeles terre et les bras enfouis dans les manches de leurs robes ; j'étais si sûr d'avoir raison que je croyais que j'allais les convaincre.

Rated 5.00 of 5 – based on 32 votes