Read or Download Un amour de swann PDF

Similar French Literature books

Lanzarote

Realising that his New 12 months is likely to be a catastrophe, as ordinary, our narrator, on impulse, walks right into a go back and forth service provider to booklet per week within the solar. delicate to his restricted capacity and dislike of Muslim international locations, the shuttle agent indicates an island jam-packed with twenty first century hedonism, set in a strange lunar panorama - Lanzarote.

Sodom and Gomorrah: In Search of Lost Time, Volume 4 (Penguin Classics Deluxe Edition)

Sodom and Gomorrah—now in a great translation through John Sturrock—takes up the subject matter of gay love, female and male, and dwells on how damaging sexual jealousy should be if you happen to endure it. Proust’s novel can be an unforgiving research of either the decadent excessive society of Paris and the increase of a philistine bourgeoisie that's for you to supplanting it.

Nana (Oxford World's Classics)

Nana opens in 1867, the 12 months of the realm reasonable, whilst Paris, thronged through a sophisticated elite, was once an ideal objective for Zola's scathing denunciation of hypocrisy and fin-de-siècle ethical corruption. during this new translation, the destiny of Nana--the Helen of Troy of the second one Empire, and daughter of the laundress in L'Assommoir--is now rendered in racy, trendy English.

The Nun (Oxford World's Classics)

Diderot's The Nun (La Religieuse) is the probably actual tale of a tender woman compelled by means of her mom and dad to go into a convent and take holy orders. a unique mingling mysticism, insanity, sadistic cruelty and nascent sexuality, it supplies a scathing perception into the consequences of pressured vocations and the unnatural lifetime of the convent.

Additional info for Un amour de swann

Show sample text content

Enfin, entrez un second si vous voulez, mais pas longtemps parce que je vous préviens qu'il aime causer tranquillement avec moi, et qu'il n'aime pas beaucoup qu'il y ait des visites quand il vient. Ah ! si vous connaissiez cet être-là autant que je le connais ; n'est-ce pas, my love, il n'y a que moi qui vous connaisse bien ? » Et Swann était peut-être encore plus contacté de los angeles voir ainsi lui adresser en présence de Forcheville, non seulement ces paroles de tendresse, de prédilection, mais encore certaines opinions comme : � Je suis sûre que vous n'avez pas encore répondu à vos amis pour votre dîner de dimanche. N'y allez pas si vous ne voulez pas, mais soyez au moins poli », ou : � Avez-vous laissé seulement ici votre essai sur Ver Meer pour pouvoir l'avancer un peu demain ? Quel paresseux ! Je vous ferai travailler, moi ! » qui prouvaient qu'Odette se tenait au courant de ses invites dans le monde et de ses études d'art, qu'ils avaient bien une vie à eux deux. Et en disant cela elle lui adressait un sourire au fond duquel il los angeles sentait toute à lui. Alors à ces moments-là, pendant qu'elle leur faisait de l'orangeade, tout d'un coup, comme quand un réflecteur mal réglé d'abord promène autour d'un objet, sur l. a. muraille, de grandes ombres fantastiques qui viennent ensuite se replier et s'anéantir en lui, toutes les idées terribles et mouvantes qu'il se faisait d'Odette s'évanouissaient, rejoignaient le corps charmant que Swann avait devant lui. Il avait le brusque soupçon que cette heure passée chez Odette, sous los angeles lampe, n'était peut-être pas une heure factice, à son utilization à lui (destinée à masquer cette selected effrayante et délicieuse à laquelle il pensait sans cesse sans pouvoir bien se l. a. représenter, une heure de los angeles vraie vie d'Odette, de l. a. vie d'Odette quand lui n'était pas là), avec des accessoires de théâtre et des end result de carton, mais était peut-être une heure pour de bon de l. a. vie d'Odette, que s'il n'avait pas été là elle eût avancé à Forcheville le même fauteuil et lui eût versé non un breuvage inconnu, mais précisément cette orangeade ; que le monde behavioré par Odette n'était pas cet autre monde effroyable et surnaturel où il passait son temps à l. a. situer et qui n'existait peut-être que dans son mind's eye, mais l'univers réel, ne dégageant aucune tristesse spéciale, comprenant cette desk où il allait pouvoir écrire et cette boisson à laquelle il lui serait permis de goûter ; tous ces objets qu'il contemplait avec autant de curiosité et d'admiration que de gratitude, automobile si en absorbant ses rêves ils l'en avaient délivré, eux, en revanche, s'en étaient enrichis, ils lui en montraient l. a. réalisation palpable, et ils intéressaient son esprit, ils prenaient du aid devant ses regards, en même temps qu'ils tranquillisaient son cœur. Ah ! si le destin avait permis qu'il pût n'avoir qu'une seule demeure avec Odette et que chez elle il fût chez lui, si en demandant au domestique ce qu'il y avait à déjeuner c'eût été le menu d'Odette qu'il avait appris en réponse, si quand Odette voulait aller le matin se promener street du Bois-de-Boulogne, son devoir de bon mari l'avait obligé, n'eût-il pas envie de sortir, à l'accompagner, portant son manteau quand elle avait trop chaud, et le soir après le dîner si elle avait envie de rester chez elle en déshabillé, s'il avait été forcé de rester là près d'elle, à faire ce qu'elle voudrait ; alors combien tous les riens de los angeles vie de Swann qui lui semblaient si tristes, au contraire parce qu'ils auraient en même temps fait partie de l. a. vie d'Odette auraient pris, même les plus familiers – et comme cette lampe, cette orangeade, ce fauteuil qui contenaient tant de rêve, qui matérialisaient tant de désir –, une sorte de douceur surabondante et de densité mystérieuse.

Rated 4.76 of 5 – based on 11 votes